Comprendre le BRF (Interview Jacky Dupéty)

9,757 vues
Ressources et description

Découvrez ce qu'est le Bois Raméal Fragmenté.

Comment il est préparé et quels sont ses bienfaits pour vos cultures.

-

Chargement des commentaires ...

Pour bien comprendre le BRF, technique d’origine française, il s’agit de savoir d’où provient ce terme.

Tout d’abord, ce terme évoque le bois, ce qui donc concerne les arbres.

Par ailleurs, il s’agit des rameaux de l’arbre, c’est-à-dire le produit de l’année.

Le rameau est la partie de l’arbre où il y a le plus de richesses, dix fois plus de richesses que dans le bois du tronc ou le bois des branches.

Le terme BRF évoque enfin l’idée de fragmentation, qui est l’aspect le plus visible de la découverte de ce phénomène.

On s’est en effet aperçu que lorsqu’on coupe les rameaux en petits morceaux, cela permet le développement du monde des champignons.

Le fait de fragmenter ouvre des portes pour que le champignon s’installe dans le BRF.

Si on laisse une branche d’un mètre de long et qu’on la met dans le sol, la seule entrée possible pour le champignon est l’endroit où on a coupé la branche.

Le champignon est incapable de pénétrer l’écorce des rameaux.

La seule saison où l’on épand le BRF est la fin de l’automne/le début de l’hiver et l’hiver.

Le premier avantage: la couche de broyat qu’on met sur le sol va faire comme une couverture, qui est le support de l’installation des champignons.

Selon Gilles Lemieux, on va faire un copier-coller du sol forestier vers le sol agricole, sans les arbres.

L’abri que l’on amène par la couche de broyat disposée sur le sol va permettre à la faune et à la flore du sol de se développer à l’abri du gel, notamment.

Les champignons peuvent de développer jusqu’à une température de -7 degrés Celsius au sol.

On est donc face à un phénomène qui fonctionne en hiver, même si au ralenti.

Lorsqu’on prend un rameau entre les 2 mains, c’est très souple, on peut presque en faire un cercle.

Si on prend une branche d’un diamètre de la taille d’un pouce, on va arriver à un point de rupture.

Ce point de rupture est du à la molécule de lignine qui n’est pas encore constituée dans les rameaux.

Le fait qu’elle soit en train d’être créée dans les rameaux va permettre aux champignons d’investir le bois des rameaux.

Ils vont commencer à casser la molécule en constitution pour la rendre digestive pour toute la faune qui va s’installer par la suite.

Un champignon qui trouve de la lignine sous forme de molécule non polymérisée, c’est-à-dire encore ouverte, sécrète des enzymes qui vont ouvrir encore plus les portes d’entrée de ce mets qu’est la lignine non polymérisée.

Ces enzymes contiennent des éléments biotiques (super vitamines) et des éléments abiotiques (antibiotiques, donc des médicaments).

Ces éléments sécrétés par les champignons s’associent à l’humus qui va permettre à la plante d’avoir accès directement aux médicaments lui permettant de répondre à une attaque fongique, parasitaire ou d’insectes.

Pour les producteurs, maraichers ou arboriculteurs, les avantages sont nombreux.

On a réalisé que le bénéfice net en Afrique, au Sahel, est de 50% d’économie d’eau.

Sur la ferme en France, on a mesuré 80 % d’économie d’eau.

Donc l’usage du BRF renforce la capacité à être indépendant, et se servir de la pluie directement, ce qui se répercute en terme de coût.

Selon les études et expériences menées par l’intermédiaire de l’Université de Laval, on est à minimum 150% voire 160% de productivité en plus en utilisant le BRF.

Par exemple en 2006, 12 pieds de courgettes ont été plantés en utilisant du BRF. Lorsque la récolte a commencé, on a obtenu 160 kg de courgettes, chacune mesurant entre 20-25 cm de long.

En agriculture on est obligé d’utiliser du composte ou des engrais tous les ans.

Or l’itinéraire technique employé dans le cadre du BRF permet une autonomie du sol qui dure entre 4 et 5 ans sans apport de BRF.

Au jardin, faites un carré de 1 mètre sur 1 mètre, avec 3 à 4 cm d’épaisseur de broyat.

Vous comprendrez ainsi qu’on peut obtenir une autonomie alimentaire suffisante avec un petit jardin, comme le disait Pierre Rabhi lorsqu’il évoquait une «surface minimum pour être autonome».

Pour trouver du broyat en ville, demandez au service technique de la mairie ce qu’il font du bois de l’élagage des arbres.

Même à Paris, la technique du BRF est utilisée.

Souvent les services de la mairie peuvent même livrer le bois directement.

Si vous avez un jardin de 100 mètres carrés, il faut 3 mètres cubes de broyat.

Si vous êtes à la campagne et que vous ne pouvez pas trouver de branches, passez une petite annonce dans le journal municipal.

Il faut redonner les branches au sol car c’est du sol qu'elles proviennent.

Télécharger
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centre d'intérêts. En savoir + OK