Vandana Shiva

2,884 vues
Ressources et description

Devenez acteur et soutenez nous sur: http://www.kisskissbankbank.com/graines-de-vie--3


Chargement des commentaires ...

En 1987, j'ai assisté à une conférence sur les biotechnologies, durant laquelle les entreprises de chimie parlaient de posséder les semences, des mes modifier génétiquement dans le but de les breveter, de créer des lois internationales visant à interdit aux paysans de conserver et d'échanger les semences.

Depuis 1987, je me suis consacrée à créer un mouvement pour la liberté des paysans, pour la liberté des peuples de conserver et d'échanger les semences, pour la liberté de la société de posséder des semences libres.

A Orissa, en Inde, nous avons créé un conservatoire de graines. Au total, nous avons créé 120 conservatoires communautaires de semences. Parce que nous croyons que les semences sont un bien commun, et ne sont pas la propriété et l'invention de firmes comme Monsanto.

Les graines ont été créées par la vie pour la vie.

Nous avons ce conservatoire communautaire de semences à Orissa. En 1999 la région a été touchée par un cyclone, un cyclone de plus de 300 km de diamètre.

L'eau de mer a pénétré jusqu'à 3km à l'intérieur des terres, détruisant toute terre fertile.

Bien heureusement, notre conservatoire avait gardé des semences résistantes au sel !

Ces graines ont été distribuées aux paysans afin qu'ils puissent cultiver leurs terres.

5 ans plus tard, en 2004, l'Inde du Sud à été touché par un autre tsunami. Les paysans d'Orissa ont alors partagé leurs semences avec les paysans du Tamil Nadu et d'Indonésie, permettant ainsi à l'agriculture locale de se relever. On peut également constater que lorsque les paysans locaux n'ont pas accès à des semences libres, qu'ils dépendent de semences brevetées, le résultat peut être tragique.

Nous avons vécu cette tragédie en Inde avec le coton, aujourd'hui 98% des semences de coton sont possédées et contrôlées par Monsanto. Les royalties s'élèvent à 50% du prix d'achat. Les paysans indiens n'ont pas les moyens de payer des semences, qui leur reviennent 70 000% plus chères ! Les paysans locaux sont donc contraints de s'endetter pour acquérir ces semences. Résultat tragique : 291 000 paysans indiens se sont suicidés, car ils ont perdu toute liberté de conserver et échanger leurs semences. Nous avons donc entrepris de travailler avec ces paysans, en nous concentrant sur la recherche et la sauvegarde de graines de coton traditionnelles. Nous avons créé un conservatoire pour ces semences de coton. Maintenant les paysans cultivent du coton biologique et ils voient leurs revenus multipliés par 10. Et surtout, ils sont libres. L'histoire des semences est l'histoire de notre liberté. Je vous encourage toutes et tous à devenir un gardien des graines. Ne vous cherchez pas d'excuse sous prétexte de vivre en ville, un simple balcon suffit. Engagez-vous envers ne serait-ce qu'une variété, et assurez qu'elle ne disparaisse pas, qu'elle ne devienne pas illégale. Protégez-la avec tout votre amour, toute votre énergie, tout votre être.

Devenons tous des gardiens des graines, afin de semer les graines de la liberté, de l'espoir de la vie, et les graines du futur. Nous devons rejoindre les mouvements pour les graines. En France par exemples, vous avez déjà des initiatives importantes, mais qui doivent encore grandir : Kokopelli, Pierre Rabhi, Philippe Desbrosses. Il faut apprendre à reproduire les semences. Les semences sont la source de la vie. Nier notre devoir envers les semences, c'est nier notre devoir envers la vie

Télécharger
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centre d'intérêts. En savoir + OK