Pierre Rabhi

5,915 vues
Ressources et description




Chargement des commentaires ...

Le constat que l'on peut faire sur le monde, c'est qu'il ne va pas très bien, qu'on le veuille ou non.

Il ne va pas très bien, car il faut se rendre compte que la planète est extrêmement malade.

Il y a une petite histoire de 2 planètes, la Terre et une autre. L'autre planète regarde la planète Terre et lui dit : "Comme tu as l'air d'aller mal, que t'arrive-t-il ?" Et la planète Terre lui répond : "j'ai attrapé l'humanité". L'autre lui dit : "Ah, ce n'est que cela ! Moi aussi je l'ai eu attrapé et je m'en suis guérie".

Aujourd'hui, la planète est malade de l'humanité.

Nous détruisons et polluons tous les jours les terres qui nous nourrissent, avec des tonnes d'engrais chimiques, de pesticides dans notre environnement, l'eau que nous consommons est devenu insalubre, l'air que nous respirons est devenu toxique. Et nous continuons.

Nous sommes dans un processus d'auto-élimination de nous-mêmes puisque nous sapons et détruisons les piliers qui maintiennent la terre favorable à la vie.

Le bilan écologique est terrifiant.

Le bilan humain est que l'humanité donne de l'importance aux armes, à la destruction, aux guerres, etc. alors que l'on n'a pas les moyens de reboiser le désert, développer la production de nourriture pour tous.

Chaque jour, les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes. Beaucoup de souffrance, de destruction, de violence.

L'écologie concerne tout le monde - elle concerne aussi bien les présidents des gouvernements, les institutions publiques, le balayeur, etc.

L'écologie devrait être dans la conscience collective une réalité nous concernant tous et concernant notre survie et celle de nos enfants.

Pourtant elle est traitée comme un sujet secondaire.

Je trouve donc que l'humanité n'est pas intelligente, ni le monde politique.

Pour qu'il y ait ce changement humain, il y a un lieu privilégié : celui de l'éducation des enfants.

Pourquoi continuer à éduquer les enfants dans la compétitivité ? On a l'impression que l'on prépare le jeune enfant à être un adulte adapté au système. Dès tout petit, on lui apprend la compétitivité, au lieu de lui apprendre la coopération, à connaitre et à aimer la nature.

Aujourd'hui il nous faut D'abord prendre conscience de notre inconscience. Et après cela, envisager un avenir fondé sur des vérités incontournables.

Est ce que la Nature a besoin de nous ? Non. Nous avons besoin de la Nature, la Nature n'a pas besoin de nous. (Elle s'est passé de nous depuis longtemps - nous ne sommes qu'une poussière sur le temps de la planète).

Les OGM pourraient affamer l'humanité : quand vous utilisez une semence qui n'est pas reproductible, que vous devez sans cesse racheter, vous avez un risque de ne plus pouvoir cultiver et de famine.

L'humanité ne peut se nourrir de manière durable qu'avec des semences qu'elle reproduit elle-même.

La situation est dramatique.

Les entreprises productrices d'OGM commettent un attentat très grave contre l'humanité. C'est leur technologie qui peut affamer les gens.

Car les gens vont se détourner de semences autonomes, dont ils ont la maitrise, qu'ils peuvent ressemer année après année eux mêmes

Avec les OGM, vous pouvez récolter, mais ils se ressèment peu ou mal.

Grâce aux graines bien sûr. Et à leur capacité de démultiplication.

Prenez un épi de blé. Dans chaque épi il y a environ 40 ou 50 graines. Vous voyez la multiplication ! Si vous ressemez tout cela, la faim dans le monde ne devrait pas exister.

C'est comme cela que la biodiversité

Le potentiel global de l'humanité dans sa survie alimentaire a atteint grâce à cela des niveaux extraordinaires.

Depuis quelques temps, avec le monde moderne, avec l'agronomie moderne, avec les recherches, on a vu arriver les OGM... Selon moi ce sont des tactiques pour rendre dépendants les populations.

Pour ma part, je suis indépendant par les graines que j'ai. Je l'ai fait depuis que je suis agriculteur, je récolte et je prélève des graines de ma récolte, et je les ressème. Donc je suis autonome, je peux continuer année après année.

Cette biodiversité a constitué un potentiel considérable. Pourtant ce potentiel est en passe d'être éliminé.

On dit que 60% de la biodiversité -potagère et autre- que l'humanité a accumulé depuis les origines ont déjà disparu.

C'est une stratégie que je vois : On élimine ce qui permet aux gens d'être totalement autonomes, afin de créer des espaces de profit pour les firmes - sous prétexte que leurs technologies permettent de produire plus, etc.

J'appelle cela un crime contre l'humanité.

On confisque à l'humanité la capacité d'être autonome, et de répondre à ses besoins par elle-même, en la rendant dépendante de firmes, qui ont pour objectif de vendre.

Les firmes manipulent technologiquement les graines de manière à ce que l'on ne puisse plus les reproduire librement. En les utilisant, on se retrouve pris dans une dépendance à ces firmes.

On confisque au genre humain la liberté d'assumer de père en fils, de mère en fille, la continuité de la vie.

J'affirme que c'est une stratégie de destruction de la capacité des être humains à répondre par eux mêmes à leurs besoins.

Ce sont des mouvements fondamentaux et essentiels. Ils concernent absolument tout le monde. C'est une question de pérennité de notre civilisation et de notre histoire, et il est donc très important de soutenir ce type de mouvement.

Télécharger
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centre d'intérêts. En savoir + OK